Histoire d’eau

Récemment, une habitante du village, (veuve depuis quelques mois, donc avec une pension de réversion modeste)  , a eu la très désagréable surprise de se voir réclamer par l’intercommunalité, une somme supérieure à 500 euros comme acompte sur sa redevance d’assainissement (donc indépendamment de l’acompte sur la consommation d’eau que le syndicat de Rougemont  ne va pas tarder à collecter…).

Ce que cette personne avait oublié, c’est que l’acompte demandé l’année « n » est une fraction de la redevance totale acquittée l’année « n-1″ et que les travaux entrepris pour embellir les extérieurs de sa maison en 2010 avaient été très gourmands en eau.

La mésaventure de cette personne me permet de mettre en lumière l’incohérence du système de facturation de cette redevance. En effet, il suffit que le compteur d’eau soit sollicité pour que la consommation enregistrée génère d’office la redevance correspondante pour recyclage d’eaux usées…  Or, dans cet exemple, la dame en question a aménagé une cascade et un petit plan d’eau, qu’il a bien fallu alimenter, même si maintenant, l’eau y circule en circuit fermé. Ajoutons à ceci des travaux de maçonnerie et elle a acquitté en 2010 une consommation d’eau hors du commun…qui n’a pas alimenté dans les mêmes proportions  la station d’épuration!!

Depuis quelques temps déjà, les pouvoirs publics se sont émus du problème des eaux pluviales récupérées par les particuliers dans des cuves enterrées, afin d’alimenter en eau certains circuits comme les machines à laver et les toilettes par exemple. Dans ce cas de figure, le compteur individuel d’eau ne tourne pas…donc la redevance d’assainissement n’est pas générée, bien que l’eau en question, après usage, soit bien rejetée dans le circuit du tout-à-l’égout…Il y a là un manque à gagner que certains gestionnaires du système ont bien perçu, et ils « planchent » sur le sujet dans le but  de facturer aux particuliers l’assainissement en question.

Alors, Messieurs les élus, si ce manque à gagner vous émeut, ne pourriez-vous pas être également « émus » à la pensée que certains payent une redevance d’assainissement alors qu’une partie de leur consommation n’est pas traitée?

Certains diront que la personne qui crée une cascade privée et un plan d’eau a des revenus qui lui permettent de payer les frais d’assainissement… Peut-être, mais là n’est pas la question…Ce que je constate, c’est qu’un organisme public facture un service qui n’est pas rendu, pour certains, et ne facture pas ce même service pour d’autres qui pourtant en usent…Où est donc l’égalité de traitement???

Si à présent, les nouvelles constructions incluent la récupération des eaux de pluie pour une alimentation partielle des circuits, il faudra bien trouver une solution pour que le recyclage de ces eaux usées soient effectivement facturé à leur(s) consommateur(s)…

Alors un compteur volumétrique des eaux usées en sortie de réseau privé ou privatif? J’ignore si cette solution est techniquement envisageable, mais elle aurait au moins le mérite de faire payer les volumes d’eau réellement consommés  et réellement rejetés aux égouts.

Merci de me faire connaître votre sentiment, et, surtout, de le faire remonter vers ceux qui sont en mesure d’agir.



Capri4's blog |
Villa a vendre Marrakech Ré... |
Domaine de la Brèche aux Loups |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KiloCharlieRomeo
| L'argent-Amour-Croyance
| le portail des senegalais s...